vendredi 31 octobre 2014

Constantine, la série

Yoo !!

J'en avais déjà parlé lors d'un de mes articles sur le San Diego Comic Con de cette année, Warner Bros TV, qui est sous contrat avec DC Comics pour l'exploitation de leur licence, se positionnait cette année sur 4 séries TV phares. Si Arrow entamait sa 3ème saison, Gotham, The Flash et Constantine diffusaient leur tout premier épisode entre fin septembre et fin octobre.


Constantine était la dernière d'entre elle à entrer dans le jeu (diffusé le 24 octobre dernier) et, en grand fan d'Hellblazer, c'était surtout celle que j'attendais le plus.

Un peu d'histoire ...
Hellblazer est une série de comics relatant les enquêtes mystérieuses de John Constantine, détective du paranormal initialement créé par Alan Moore dans les pages de Swamp Thing (La Créature du Marais). Hellblazer est publié sous le label Vertigo, ligne « adulte » de l’éditeur DC Comics.



John Constantine est un anti-héros, spécialiste de la magie noire et de l'occulte. Il se caractérise par un style sarcastique et parfois méprisant, envers les autres. Il est originaire de Liverpool.
Sa mère étant morte à sa naissance, il a été élevé avec sa sœur Cheryl, par son père, avec qui il ne s'entendait pas.

Durant sa jeunesse, il a fait partie d'un groupe punk nommé Membrane muqueuse. Gary Lester, personnage qui réapparaîtra dans la première histoire de Hellblazer, ainsi que Francis Chandler, surnommé Chas et meilleur ami de John, font aussi partie de ce groupe.

C'est durant cette période, que survint la première réelle expérience de John avec le monde occulte. Surnommée rétrospectivement l'accident de Newcastle, celle-ci fut un désastre. En tournée avec le groupe dans cette ville, il découvrit une fillette nommée Astra dans le sous-sol d'un club où ils devaient jouer. Violée par un groupe d'adulte, Astra avait créé inconsciemment un monstre qui avait massacré tout le monde. John persuada le groupe d'amis qui gravitait autour de lui de conjurer le sort, en invoquant un démon. Mais celui-ci étant hors de contrôle, il emporta la fillette jusqu'en enfer, en lui arrachant un bras. On découvrira plus tard que ce démon n'était autre que Nergal, ennemi récurrent de la série. Cet événement, décrit dans un flashback dans Hellblazer #11, marquera John, qui finira enfermé à l'asile de Ravenscar, et hantera aussi tous les membres présents lors de cette séance.



Les premiers numéros d'Hellblazer font apparaître un John Constantine qui maîtrise parfaitement sa magie noire et qui est capable de tirer de nombreuses ficelles pour arriver à ses fins. Dans les premiers arcs de la série, on le voit maîtriser un démon qui possède les êtres vivants en les faisant assouvir leurs envie jusqu'à la mort, puis on le voit combattre simultanément l'armée de la Résurrection, ainsi que le démon Nergal et son armée de la damnation, qui sont deux camps opposés. À chaque fois, il sort vainqueur, en ayant mystifié tout le monde, amis comme ennemis. Son ancien acolyte Gary Lester, sa petite amie Zed et le démon Nergal en font les frais. Sans oublier que deux de ses amis, Ray Monde et Ritchie Simpson, font partie des dégâts collatéraux, volontairement ou pas. C'est une des caractéristiques de John Constantine : la plupart de ses proches finissent par mourir, et viennent ensuite hanter sa conscience.


Voilà l'accroche du comics, sans trop verser dans le spoil. Comme vous pourrez le constater, rien à voir avec le film Constantine, interprété par Keanu Reeves.

Mon avis sur le premier épisode
Personnellement j'ai aimé.
On n'atteint pas, pour l'instant, les sommets de dépression qui jaillit des pages dessinés par des auteurs talentueux comme Marcelo Frusin, Giuseppe Camuncoli ou Lenoardo Manco (dont vous  avez pu voir quelques planches précédemment dans l'article), mais ça n'empêche que pour une entame c'est plutôt bien. Le scénario est prenant et le casting particulièrement soigné avec un Matt Ryan vraiment très bon !


Pour débuter, nous avons eu droit à tout l'attirail de John Constantine, que ce soit ses aptitudes, l'asile Ravenscar, ses "amis" (Chas et Gary), l'accident de Newcastle et ce qui le lie, plus ou moins, aux forces manichéennes de la création, son âme !


J'attends avec impatience la suite des aventures de ce John Constantine en espérant que la logique du personnage sera respecté. C'est en tout cas, pour moi, une série bien au dessus de Gotham ou The Flash en terme d'écriture ou de jeu ... Alors comme le disait Ari Gold "We're going to hell, so bring your sunblock !"




Enregistrer un commentaire